Pacifique

PETROGLYPHE DE TAHITI

Les pétroglyphes concernent le monde entier et j’ai  étudié une  grande partie d’entre eux.
Ceci est une étude des pétroglyphes en Océanie, plus particulièrement à Tahiti. Le pétroglyphe des jumeaux visité au musée des îles, où une pancarte invite le visiteur à décoder et donner son avis sur ce pétroglyphe !
Suite à l’étude de cette pierre que j’ai décodée ,  j’ai contacté le S.E.O (société d’étude Océanienne), Mr Jean Kapé,  en réponse à l’invite de la pancarte du musée.
Mr Jean Kapé m’a gentiment répondu.
‘Ia ora na Patrice Lemaire !
Très bonne année océanienne 2016 également à vous et vos proches.
Félicitations pour votre travail sur les pétroglyphes en Océanie et merci de vouloir le partager avec le public sur notre site qui est actuellement (un peu) en chantier.

 

 

ORIGINAL du pétroglyphe de TIPAERUI conservé au Musée des îles/ LES JUMEAUX.

Original du pétroglyphe  de Tipaerui situé à Tahiti au musée des Iles.

Original du pétroglyphe de Tipaerui situé à Tahiti au musée des Iles.

 

 

 

Le rocher présente une surface plate et polie usée par les eaux de 181 cm de long et de 119 de large avec une grande figure centrale composée de deux figures humaines dos à dos et d’un symbole suspendu entre celles-ci. La tête de droite est entourée par les bras ; une seule cavité arrondie représente le visage. Les contours du corps sont tracés et la jambe de droite est disposée en équerre. En revanche la jambe gauche est courbée d’une façon fort étrange et vient toucher la tête gauche de la figure du dessous. La tête de gauche est située à mi-distance par rapport aux deux points d’où s’élèvent les bras. La forme et la position du symbole suspendu est probablement le signe de l’organe sexuel mâle. Quant à la forme tubulaire elle représenterait l’organe sexuel féminin ou le cordon ombilical.  (TAHITI HERITAGE).

 

 

ORIGINAL lors de sa découverte à Tipaerui  en 1915 (Longueur 181 x largeur 119).

L'original lors de sa découverte à Tipaerui  en 1915.

L’original lors de sa découverte à Tipaerui en 1915.

 

 

Vous connaissez tous le logo de la maison de la Culture, ce dessin représentant deux figures humaines extrêmement stylisées. Une création ultramoderne ? Non : un symbole du patrimoine polynésien extrait du pétroglyphe de Tipaerui, indissociable de la légende des jumeaux….

Trouvé sur la rive à l’ouest de la rivière de Tipaerui et décrit pour la première fois en janvier 1925 par l’archéologue hawaiien Kenneth Emory, le pétroglyphe de Tipaerui est un des premiers à avoir été étudié. Il est aujourd’hui conservé et visible dans les jardins du Musée de Tahiti des îles. Précieux témoin matériel du patrimoine polynésien, ce gros rocher gravé est aussi porteur d’une mystérieuse légende. « Le rocher fut gravé en mémoire de Tetauri Vahine et de ses deux enfants jumeaux. Tetauri vaincu s’était réfugié dans la vallée de Tipaerui. Là, sa femme, donna naissance à des jumeaux et quelques temps après la mère et ses enfants moururent. Ils furent enterrés sur la terre d’Oteteroa auprès du cours d’eau et un esprit qui a la forme d’une anguille monstrueuse les protège à tout jamais. « Si quelqu’un touche le rocher du lait coulera dans les rainures du dessin et celui qui a transgressé l’interdit en mourra ». Est-ce la ligne sinueuse au-dessus de la tête des jumeaux qui évoque l’anguille ? « Le dessin est si conventionnel et si symbolique qu’il doit avoir davantage de signification », analyse Emory. Bengt Danielson nous éclaire sur de probables significations des gravures : « la forme et la position du symbole suspendu est probablement le signe de l’organe sexuel mâle. Quant à la forme tubulaire elle représenterait l’organe sexuel féminin ou le cordon ombilical ».
Une destinée inattendue.
Bien que l’histoire soit triste et reste entourée de mystères, ce témoignage restera à jamais figé dans la pierre qui demeure encore aujourd’hui. Le pétroglyphe est d’ailleurs devenu au fil du temps le symbole de la vallée de Tiapaerui, et a inspiré le groupe Tamarii Tipaerui dans son spectacle du Heiva en 2007. La Maison de la Culture a choisi d’en faire son logo pour affirmer et valoriser son appartenance à la terre Tipaerui, qui a vu naître ce pétroglyphe désormais trésor de l’histoire et du patrimoine polynésien.
Sources : « Mémorial polynésien : Tahiti autrefois », Bengt Danielsson, Bulletin n°11 de la Société des Etudes Océaniennes (SEO).

 

 

EN VOICI MON INTERPRÉTATION APRES PLUSIEURS TRACES POUR DÉCODER LA PIERRE LES JUMEAUX.

 

PREMIER TRACE

 Premier tracé

Premier tracé

 

 

 

DEUXIÈME TRACE

 

DEUXIÈME TRACE

DEUXIÈME TRACE

 

 

 

TROISIÈME TRACE : LE PÈRE, LA MÈRE ET LES JUMEAUX.

TROISIÈME TRACE

 

 

 

 

 

QUATRIÈME  TRACE AVEC LES COULEURS.

 

quatrième trace avec les couleurs

quatrième trace avec les couleurs

 

 

 

 

CINQUIEME TRACE: Dieux et Ari’i.

 

CINQUIEME TRACE DIEUX ET ARI I

CINQUIÈME TRACE DIEUX ET ARI I

 

 

 

SIXIÈME TRACE

 

 Dieux et Ari i

Dieux et Ari i

 

 

 

les jumeaux sont assis dos à dos ,   leurs  jambes pendant  de chaque coté du rocher. Au centre ou la mère est en position assise pend une excroissance symbolisant à la fois le pénis du père et l’enfantement des enfants par la mère. Plus bas deux visages, lui et elle dont les bouches symbolisent le sexe ouvert de la femme lieu de rencontre qui a finalisé le couple familiale.

La mère est représentée à droite du rocher par un profil de visage dirigé vers la gauche. Le visage de droite au centre la montre avec son deuxième fils accroché à son visage. En haut à droite son bras droit repousse en arrière la tète de son mari quand une autre main la repousse elle aussi sur le front. Au centre l’épouse est assise de profil et fait face au mari coléreux, son regard est suppliant. Elle n’est vraisemblablement pas convaincue par les choix définitifs pris par l’époux ou chef.

 

 

SEPTIEME TRACE:  LE DROIT D’AINESSE BAFOUE

 

TRADUCTION FINALE

TRADUCTION FINALE

 

 

 

 

Suite à la traduction en image, voici la traduction écrite selon mon interprétation:

Tracé sur le pétroglyphe de Tipaerui nous voyons un père sévère et querelleur qui se dispute avec la mère des jumeaux, il est debout à gauche du rocher et retient l’enfant par l’épaule. Surpris, le réflexe du fils situé à gauche est de frapper de son bras et sa main le visage du père pour ensuite se réfugier contre son torse.

La mère, assise de l’autre coté du rocher qui les sépare, est très en colère et serre contre elle ces fils qui s’agrippent à elle, tout en défiant de la voix et du regard ce chef autoritaire.

TEMPS 1 Un couple se dispute à propos de deux enfants qui semblent être des jumeaux

TEMPS 2 Les jumeaux sont tous les deux très attachés à la femme qui est leur mère, le symbole entre ses jambes le confirme ils sont nés d’elle. Ils se tiennent ensemble et sont liés à elle

TEMPS 3 Suite à la dispute entre les parents, un des fils en colère prend fait et cause pour le père, ce qui provoque une scission.

 

ETUDE DE L ALIGNEMENT DES PETROGLYPHES DE TIPAERUI ET DU PARI (Alignement. Nord ouest – Sud est).

Etude de l alignement des pétroglyphes de Tiparui et du Pari

Etude de l alignement des pétroglyphes de Tiparui et du Pari

 

 

 

Le pétroglyphe de la séparation des jumeaux peut être relié par une ligne imaginaire au symbole éventuel de l’ile coupée en deux moitiés égales, aux pétroglyphes du Te pari.

Y a-t-il coïncidence entre le Pétroglyphe dit des « Jumeaux » trouvé le 1 janvier 1915 au nord ouest de l’ile dans la vallée de Tipaerui  maintenant au musée des îles et le pétroglyphe du Te Pari situé au sud est de l’ile de Tahiti ?
Curieusement à partir de Tipearui , une suite des plus hauts sommets de l’ile « domaine des dieux » se profile en enfilade formant un alignement, une ligne droite dirigée vers le sud est, l’Aorai, l’Orohena, le mont Punui le Teniu le Tuhi le mont Vaivahi ; qui, rapportée sur la carte topographique séparent en passant par l’isthme de Taravao l’ile en deux exactes moitiés. Comme deux territoires séparés par cette frontière virtuelle, la cote Est et la cote Ouest ne font qu’une seul ile.
Y aurait il un rapport avec le sujet en image gravé à la surface du pétroglyphe c’est à dire un différent entre le père et la mère des enfants inscrit dans la pierre ? Mésentente de clans, chefferies et successions impossibles, des guerres récurrentes opposants ces clans depuis toujours; la partie Est de l’ile et leurs alliés des iles Tuamotu contre la partie Ouest et leurs alliés du moment, les iles sous le vent ?

Ces guerres claniques connues ou celles d’un passé encore plus lointain, pourraient-elles être celles reproduites dans le sujet des jumeaux de la pierre de Tiparui? Il serait bon d’avoir recours à la datation au carbone C14!
Nous savons que la datation des pétroglyphes est rarement possible. La condition étant de trouvé à leur base et dans le sol assez profond des charbons de bois. Un exemple à Gavrinis, ou Locmariaquer en Bretagne des pétroglyphes similaires ont été daté lors d’analyses de charbons par dosage du radiocarbone autour de 4000 ans avant Jésus Christ. (Jean L’Helgouac’h Locqumariaquer ED Gisserot ).

La réponse à cette interrogation pourrait nous permettre de relier l’histoire récurrente des rivalités des jumeaux dans l’Histoire mondiale à celle des Jumeaux de Tiparui , les Ari’i polynésiens .
Le mythe des Jumeaux civilisateurs est répandu dans plusieurs grandes civilisations où il est le plus souvent un mythe fondateur. Dans la mythologie gréco romaine Romulus et Remus se disputent la gouvernance de la futur Rome.
Les frères décident de fonder une ville. La rivalité se dresse au moment de la prise du pouvoir. Romulus trace un cercle pour délimiter les territoires. Remus franchit le cercle et il est tué par son frère.
Plusieurs de ces mythes mettent en avant la rivalité entre frères. Les jumeaux y sont alternativement bénits ou maudits au gré des cultures et légendes. Un mythe fondateur des Tucunas d’Amazonie donne les jumeaux Joï Epi pour initiateur de l’ordonnance du monde. Monde où la surface de la terre est souvent représentée comme une tortue à la surface d’un lac.
Les Mayas Quiché, comme d’autres grandes cultures, s’interrogent sur les origines du monde. Le Popol Vuh nous fournit la réponse. Ce manuscrit datant du 16 e siècle mais découvert en 1850 nous apprend que le jeu de balle du Pok Ta Pok symbolisait celui de la vie et de la mort en enfer.
Les aventures des Jumeaux héroïques Xbalanque et Hunapu, qui pour venger leur père Hun Hunapu tué par les dieux, durent les combattre à Xibalba en enfer . Apres bien des jeux et ruses contre les dieux qui les ont contraints à subir une série d’épreuves ils sont parvenus à tuer un des dieux et à vaincre les autres. Une fois l’honneur de leur père rétabli, ils sont devenus la lune et le soleil afin de protéger leur peuple et d’être adoré de leur peuple.
Les jumeaux légendaires polynésiens de Tipaerui semblent s’inscrire dans un de ces schémas fondateurs.
Les pétroglyphes images du Te Pari reproduisent des symboles liés à ceux d’Amérique du sud dans lesquels nous y apercevons la figure du Jaguar parmi celles de personnages importants hommes et femmes. Nous trouvons aussi ce fauve à Raiatea au rocher blanc de l’investiture.
Les pétroglyphes sont ils des bornes dans le temps déposées à travers le monde dans lesquels sont inscrit en images (seul langage universel compris de tous) l’histoire contenant la mémoire des peuples anciens?

off