Monna Lisa, La Joconde dévoilée

Monna Lisa, La Joconde dévoilée

Le tableau représentant Monna Lisa peinte par Léonard de Vinci vers 1502, a été  acquis par  le musée du Louvre il y a une trentaine d’années et reçoit la visite de 6 millions de visiteurs par an. Le sourire de la Joconde dissimule depuis plus de cinq cent ans  son mystère. Ce dernier a été partiellement levé au cours de ces dernières années par les équipes du musée de France, du CNRS et des chercheurs d’Ottawa et de Florence. Ces équipes ont ainsi dévoilé que le tableau est peint sur un panneau de peuplier (huile sur bois de peuplier 77×53 cm), que la technique du sfumato utilisée par le maître italien permettait de brouiller les contours afin d’intégrer des personnages dans un bain d’atmosphère, que le voile noir posé sur la chevelure défaite de Lisa est appelé Guarnello. Ce voile était destiné aux femmes enceintes ou qui venaient d’accoucher, ce qui laisse penser que la Joconde était enceinte ou jeune mère.En partant de ces éléments et par l’utilisation de codes et symboles cryptés, développés par les premières grandes civilisations, notamment précolombiennes, je me suis attaché à éclairer d’un nouveau jour le mystère de la Joconde. La maîtrise de ces codes et symboles permettait aux anciens de dissimuler dans leurs œuvres (peintures ou  sculptures) des messages destinés au temps futur. Ainsi  Léonard de Vinci initié à ces techniques, exploite des méthodes en trompe l’œil, en appliquant des couches de peintures successives transparentes favorisant le floue, le chevauchement des formes, des couleurs et des contrastes qui sont sans liens apparents.  J’ai au cours de l’année 2008 décodé de nombreux tableaux du Maître et de ses confrères  en utilisant leurs propres clefs ce qui m’a permis de révéler les messages qui y sont  cachés. Pour exemple je me limiterai ici au tableau de la Joconde en  révélant une partie des pensées dissimulées du maître et de sa Monna Lisa.

ETAPE 1

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lisa Gerardini, née le 15 juin 1479.

ETAPE 2

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

En posant le calque sur la reproduction et à l’aide de notre méthode les traits recherchés et enfouis dans le tableau par Léonard apparaissent.

ETAPE 3




Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Les résultats calqués nous révèlent que plusieurs personnes entourent Monna Lisa.

ETAPE 4

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Les résultats calqués et coloriés donnent plus de contraste aux différents éléments de la scène représentée.

ETAPE 5

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Deux hommes, deux enfants, et deux serpents sont mis en évidence. Les doigts des deux mains de Monna sont occupés, aux mêmes fonctions, liant les deux groupes rivaux.

ETAPE 6

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Sur cette photo Monna Lisa apparaît entre son mari et son amant.
Sur la droite de Lisa, son mari Franseco Del  Giacondo, qui l’a épousée à l’age de 16 ans. Il est ici représenté surpris, triste et plus bas sous le coude droit de Lisa, suppliant. Il lui baise les doigts. Sur le bras droit, un enfant sur  son sein,  son premier fils, fait face à un intrus.

En face sur la gauche de Lisa, un autre homme apparaît. C’est son amant. Il semble dominer le face à face qui a lieu entre les deux rivaux. Plus bas, situé au niveau de son coude gauche le deuxième visage de l’amant semble plutôt mécontent en faisant face au deuxième  visage de Monna qui l’embrasse. Sur son sein gauche elle porte un autre enfant, son deuxième fils,  celui de son amant.  Cet enfant suce le pouce de sa mère et le mord à l’image des deux  serpents se faisant face,  menaçants, l’un à gauche en recul gueule aux crocs en avant prêt à frapper.  Mais déjà l’intrus dominant a mordu le fils légitime à la bouche.

ETAPE 7


Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Cette photo isole le mari et l’amant afin d’accentuer leur présence.

Nous voyons d’après ce travail que Lisa,  la « Joconde » alors  mariée à Francesco Del Giacondo,  avait un amoureux qui, sur l’image ci-dessus, est peint à son avantage, car très rajeuni. Par mes travaux ultérieurs je peux montrer  que « l’amoureux rajeuni » correspond à un quinquagénaire, ce qui est l’age où Léonard  rencontre et peint Lisa Gerardini.

ETAPE 8 : TECHNIQUE POUR DECODER


En voici le cheminement, pour celui qui désire approfondir et vérifier cette technique. Sur une copie de l’original, installer un calque. A L’aide d’une mine 0.3 tracer les profils de visages situés de part et d’autre de Monna Lisa composant le fond du tableau .Rechercher ensuite les lignes en filigrane formées par les sujets peints sur le paysage, routes,  ponts et toutes les autres formes ou lignes formées par les  nuances de couleurs qui peuvent constituer les éléments d’un visage : nez, bouche, menton, œil, chevelure. Ensuite vous passerez aux plis et formes des vêtements  etc. L’ensemble, terminé et mis en couleur, révèlera  alors le dessin caché mis en scène par l’artiste peintre.

ETAPE 9:  Mona Lisa se dévoile encore!






Réponse aux internautes ce 17 Octobre 2011

Bonjour à tous

Votre chaleureux accueil me pousse a faire avancer un peu plus le site Ultimate-Archéology. J’ai une quantité de documents  de la même veine qui sont terminés et prêts à publier. Par contre la communication se fait difficilement ici par l’intermédiaire d’un système Wifi, installé tant bien que mal  depuis le village situé derrière les montagnes. Ce signal est envoyé à plus de vingt cinq kilomètres, pour ensuite être  capté à bord de la goélette mouillée en baie de Chambeyron en Nouvelle Calédonie. Après plus d’un an, Internet devrait fonctionner normalement à bord. N’ayant plus d’excuses, je m’organise pour vous apporter d’autres informations inédites. Vous l’avez compris grâce à cette méthode innovatrice aux clés multiples, du nouveau se dessine. Vous êtes interrogatif ? Au premier abord ne soyez pas surpris, si tout ceci semble n’avoir aucun lien avec ces civilisations anciennes, citées en début. Vous vous rendrez conte qu’elles utilisent ces méthodes  ainsi que leurs variantes avec des clés similaires pour cacher ce qui doit rester secret à travers les âges, pour le temps venue être lu.

La finalité de ce travail est de révéler le savoir caché, de comprendre ces secrets  « occultés » depuis la nuit des temps.

Pourquoi commencer par Léonard de Vinci? Qui mieux que lui peut être le Hérault universel, le génie du secret, le perfectionniste technicien sans pareil du « pinceau pixel »? pour faire connaître ces méthodes déguisées, Léonard emploie la lumière et l’ombre comme trompe l’œil, l’illusion des couleurs et  des contrastes faits de faux semblants, à l’aide de délicats sfumatos très élaborés,  peints avec la dextérité d’un grand magicien. De toutes époques, ces techniques d’occultations codées étaient connues des seuls spécialistes. En 1968, parlant des techniques utilisées par Léonard, Karl Jasper le décrit, comme le magicien des illusions colorées au travers desquels les objets, s’évaporent. Même l’ombre la plus dense (chiaroscuro) diffuse une lueur imperceptible, bientôt métamorphosée en lumière vive.

Dans le tableau volontairement énigmatique de Mona Lisa, Léonard de Vinci nous parle de sa vie secrète. Personne entière, il nous apporte pour ce faire, les clés qui éclairent sous un autre jour son personnage.

De tout temps il y a eu des groupes humains spécialisés dans le genre, style CIA, KGB, MI 1, DGSE, pour les plus connus. Par l’intermédiaire d’Ultimate Archéology se révèlent des méthodes  de lecture visuelles dissimulées qui dévoilent des secrets planétaires communs à toutes civilisations.

L’effort de voir, l’effort de lire, est une évidence, qui nous apporte ici une confirmation millénaire, sur ce que l’homme a toujours été. Il nous faut le recul nécessaire si nous voulons connaître, trouver et suivre « en sagesse, passage obligé » un début de chemin  menant au bon équilibre de notre proche futur, planétaire.

ETAPE  10 C’est au tour du maître de se dévoiler







CONCLUSION

Voici mon interprétation du message révélé par ce travail : De toute évidence dans ses vieux jours Léonard de Vinci  était épris de la Joconde qui était devenue son amante alors qu’elle était mariée. En effet le maître a mis cinq années pour terminer ce chef d’œuvre qu’il aura ensuite conservé jusqu’à sa mort en 1519. Quel sentiment autre que celui de l’amour peut expliquer cet attachement à une représentation ?

Le mari trompé, au fait de la relation amoureuse du Peintre avec son model, a- t’il tacitement annulé la commande ?

La méthode utilisée ici m’a permis de dévoiler dans cette peinture une des histoires  ou événements de la vie  de Léonard de Vinci au travers de ses autres tableaux tous truqués et codés où il montre des pans entiers de son personnage loin d’être angélique !  J’ai appliqué cette même méthode afin de décrypter d’autres œuvres du maître et ceux  de certains de ces contemporains. Tous les tableaux que j’ai étudiés se sont révélés chargés d’histoires en coulisse ignorées de la première impression donnée par le sujet traité.

Enfin  j’ai appliqué des variantes de cette même méthode au décryptage des messages codés laissés par des civilisations anciennes sur différents supports comme la pierre, les peintures. J’ai ainsi réalisé un travail considérable, depuis 1982, sur les civilisations précolombiennes Olmèque et Maya.

Le manuscrit est prêt, il comporte cent quatre vingt dix pages, il se compose de textes et de plus de deux cent figures en couleur.

Son titre : Chaînon manquant – LA PIERRE DE BAZAN – LE VAISSEAU MERE.

Pour en savoir plus me contacter à l’adresse suivante :

Contact : ultimatearcheology@ymail.com